Firewall à trois interfaces

Version Française de Three-Interface Firewall

Tom Eastep

Patrice Vetsel

Traduction française initiale 

Fabien Demassieux

Adaptation française version 2.0 

Guy Marcenac

Adaptation française version 3.0 

Permission est accordée de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la Licence de Documentation Libre GNU (GNU Free Documentation License), version 1.2 ou toute version ultérieure publiée par la Free Software Foundation ; sans section Invariables, sans première de Couverture, et sans texte de quatrième de couverture. Une copie de la présente Licence est incluse dans la section intitulée. Une traduction française de la licence se trouve dans la section « Licence de Documentation Libre GNU ». Ce paragraphe est une traduction française pour aider à votre compréhension. Seul le texte original en anglais présenté ci-dessous fixe les conditions d'utilisation de cette documentation.

Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, with no Front-Cover, and with no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the section entitled « GNU Free Documentation License ».

2016/02/16


Note

Notes du traducteur : Le guide initial a été traduit par VETSEL Patrice et la révision pour la version 2 de Shorewall a été effectuée par Fabien Demassieux. J'ai assuré la révision pour l'adapter à la version 3 de Shorewall. Si vous trouvez des erreurs ou des améliorations à y apporter vous pouvez me contacter.

Attention

Cet article s'applique à Shorewall 3.0 et à ses versions ultérieures. Si vous utilisez une version plus ancienne de Shorewall, référez-vous à la documentation s'appliquant à votre version.

Introduction

Mettre en place un système Linux en tant que firewall pour un petit réseau contenant une DMZ est une chose assez simple, si vous comprenez les bases et que vous suivez la documentation.

Ce guide ne prétend pas vous apprendre tous les rouages de Shorewall. Il se concentre sur ce qui est nécessaire pour configurer Shorewall dans son utilisation la plus courante:

  • Un système Linux utilisé en tant que firewall/routeur pour un petit réseau local.

  • Une seule adresse IP publique.

    Note

    Si vous avez plus d'une adresse IP, ce n'est pas le guide qui vous convient -- regardez plutôt du coté du Guide de Configuration Shorewall.

  • Une DMZ connectée sur une interface ethernet séparée. L'objet d'une DMZ est d'isoler les systèmes de votre réseau local de vos serveurs qui sont exposés sur internet, de telle manière que, si un de ces serveurs était compromis, il reste encore un firewall entre le système compromis et vos systèmes locaux.

  • Une connexion internet par le biais d'un modem câble, ADSL, ISDN-RNIS, "Frame Relay", RTC ...

Voici le schéma d'une installation typique.

Figure 1. Schéma d'une installation typique

Schéma d'une installation typique

Pré-requis Système

Shorewall a besoin que le paquetage iproute/iproute2 soit installé (avec la distribution RedHat™, le paquetage s'appelle iproute). Vous pouvez contrôler que le package est installé en vérifiant la présence du programme ip sur votre firewall. En tant que root, vous pouvez utiliser la commande which pour cela:

[root@gateway root]# which ip
/sbin/ip
[root@gateway root]#

Avant de commencer

Je vous recommande de commencer par une lecture complète du guide afin de vous familiariser avec les concepts mis en oeuvre, puis de recommencer la lecture et seulement alors d'appliquer vos modifications de configuration.

Attention

Si vous éditez vos fichiers de configuration sur un système Windows™, vous devez les enregistrer comme des fichiers Unix™ si votre éditeur supporte cette option sinon vous devez les convertir avec dos2unix avant d'essayer de les utiliser. De la même manière, si vous copiez un fichier de configuration depuis votre disque dur Windows™ vers une disquette, vous devez lancer dos2unix sur la copie avant de l'utiliser avec Shorewall.

Version Windows de dos2unix
Version Linux de dos2unix

Conventions

Les points où des modifications s'imposent sont indiqués par .

Les notes de configuration qui sont propres à LEAF/Bering sont marquées avec .

PPTP/ADSL

Si vous êtes équipé d'un modem ADSL et que vous utilisez PPTP pour communiquer avec un serveur à travers ce modem, vous devez faire les changements suivants en plus de ceux décrits ci-dessous. ADSL avec PPTP est répandu en Europe, notamment en Autriche.

Les Concepts de Shorewall

Les fichiers de configuration pour Shorewall sont situés dans le répertoire /etc/shorewall -- pour de simples paramétrages, vous n'aurez à faire qu'avec quelques-uns d'entre eux comme décrit dans ce guide.

Avertissement

Note aux utilisateurs de Debian et de Ubuntu

Si vous vous servez du .deb pour installer, vous vous rendrez compte que votre répertoire /etc/shorewall est vide. Ceci est voulu. Les squelettes des fichiers de configuration se trouvent sur votre système dans le répertoire /usr/share/doc/shorewall/default-config. Copiez simplement les fichiers dont vous avez besoin depuis ce répertoire dans /etc/shorewall, puis modifiez ces copies.

Remarquez que vous devez copier /usr/share/doc/shorewall/default-config/shorewall.conf et /usr/share/doc/shorewall/default-config/modules dans /etc/shorewall même si vous ne modifiez pas ces fichiers.

Après avoir installé Shorewall, vous pourrez trouver les exemples de la manière suivante:

  1. Si vous avez installé en utilisant un RPM, les exemples seront dans le sous-répertoire Samples/three-interfaces/ du répertoire de la documentation de Shorewall. Si vous ne savez pas où se trouve le répertoire de la documentation de Shorewall, vous pouvez trouver les exemples en utilisant cette commande:

    ~# rpm -ql shorewall | fgrep three-interfaces
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces/interfaces
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces/masq
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces/policy
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces/routestopped
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces/rules
    /usr/share/doc/packages/shorewall/Samples/three-interfaces/zones
    ~#
  2. Si vous avez installé depuis le tarball, les exemples sont dans le répertoire Samples/three-interfaces du tarball.

  3. Si vous avez installé en utilisant un .deb, les exemples sont dans /usr/share/doc/shorewall/examples/three-interfaces.

Au fur et à mesure de la présentation de chaque fichier, je vous suggère de jeter un oeil à ceux physiquement présents sur votre système -- chacun des fichiers contient des instructions de configuration détaillées et des entrées par défaut.

Shorewall voit le réseau où il fonctionne, comme étant composé d'un ensemble de zones. Dans une configuration avec trois interfaces, les noms des zones suivants sont utilisés:

#ZONE   TYPE   OPTIONS                 IN                      OUT
#                                      OPTIONS                 OPTIONS
fw      firewall
net     ipv4
loc     ipv4
dmz     ipv4

Les zones de Shorewall sont définies dans le fichier /etc/shorewall/zones.

Remarquez que Shorewall reconnaît le système de firewall comme sa propre zone. Quand le fichier /etc/shorewall/zones est traité, le nom de la zone firewall est stocké dans la variable d'environnement $FW qui peut être utilisée depuis l'ensemble des autres fichiers de configuration de Shorewall, pour faire référence au firewall lui-même.

Les règles à propos du trafic à autoriser et à interdire sont exprimées en utilisant le terme de zones.

  • Vous exprimez votre politique par défaut pour les connexions d'une zone vers une autre zone dans le fichier /etc/shorewall/policy.

  • Vous définissez les exceptions à ces politiques pas défaut dans le fichier /etc/shorewall/rules.

Pour chaque connexion demandant à entrer dans le firewall, la requête est en premier lieu vérifiée par rapport au contenu du fichier /etc/shorewall/rules. Si aucune règle dans ce fichier ne correspond à la demande de connexion, alors la première politique dans le fichier /etc/shorewall/policy qui y correspond sera appliquée. S'il y a une action commune définie pour cette politique dans /etc/shorewall/actions ou dans /usr/share/shorewall/actions.std cette action commune sera exécutée avant que la politique ne soit appliquée. Le but de l'action commune est double:

  • Elle ignore (DROP) ou rejete (REJECT) silencieusement le traffic courant qui n'est pas dangeureux qui sans cela encombrerait votre fichier journal - les messages de broadcast, par exemple.

  • Elle garantit que le traffic nécessaire à un fonctionnement normal est autorisé à traverser le firewall — ICMP fragmentation-needed par exemple

Le fichier /etc/shorewall/policy inclus dans l'archive d'exemple (three-interface) contient les politiques suivantes:

#SOURCE    DEST        POLICY      LOG LEVEL    LIMIT:BURST
loc        net         ACCEPT
net        all         DROP        info
all        all         REJECT      info

Important

Dans le fichier d'exemple (three-interface), la ligne suivante est incluse mais elle est commentée. Si vous voulez que votre firewall puisse avoir un accès complet aux serveurs sur internet, dé-commentez la ligne.

#SOURCE    DEST        POLICY      LOG LEVEL    LIMIT:BURST
$FW         net         ACCEPT

Les politiques précédentes vont:

  • Autoriser (ACCEPT) toutes les demandes de connexion depuis votre réseau local vers internet

  • Ignorer (DROP) toutes les demandes de connexion depuis internet vers votre firewall ou votre réseau local

  • Autoriser (ACCEPT) toutes les demandes de connexion de votre firewall vers internet (si vous avez dé-commenté la politique additionnelle)

  • Rejeter (REJECT) toutes les autres requêtes de connexion.

Maintenant, éditez votre propre fichier /etc/shorewall/policy et faites-y les changements que vous désirez.

Les Interfaces Réseau

Figure 2. DMZ

DMZ

Le firewall possède trois interfaces réseau. Lorsque la connexion internet passe par un « modem » câble ou ADSL l'Interface Externe sera l'adaptateur ethernet qui est connecté à ce « Modem » (par exemple eth0). Par contre, si vous vous connectez avec PPPoE (Point-to-Point Protocol over Ethernet) ou avec PPTP (Point-to-Point Tunneling Protocol), l'interface externe sera une interface ppp (par exemple ppp0). Si vous vous connectez avec un simple modem RTC, votre interface externe sera aussi ppp0. Si vous vous connectez en utilisant l'ISDN, votre interface externe sera ippp0.

Si votre interface vers l'extérieur est ppp0 ou ippp0 alors vous mettrez CLAMPMSS=yes dans le fichier /etc/shorewall/shorewall.conf.

Votre Interface locale sera un adaptateur ethernet (eth0, eth1 or eth2) et sera connecté à un hub ou à un switch. Vos ordinateurs locaux seront connectés à ce même hub ou switch (note : si vous n'avez qu'un seul ordinateur en local, vous pouvez le connecter directement au firewall par un câble croisé).

Votre interface DMZ sera aussi un adaptateur ethernet (eth0, eth1 or eth2) et sera connectée à un hub ou à un switch. Vos ordinateurs appartenant à la DMZ seront connectés à ce même hub ou switch (note : si vous n'avez qu'un seul ordinateur dans la DMZ, vous pouvez le connecter directement au firewall par un câble croisé).

Avertissement

Ne connectez pas les interfaces interne et externe sur le même hub ou le même switch, sauf à des fins de test. Vous pouvez tester en utilisant ce type de configuration si vous spécifiez l'option arp_filter ou l'option arp_ignore dans le fichier /etc/shorewall/interfaces, et ce pour toutes les interfaces connectées au hub/switch commun. Il est très fortement déconseillé d'utiliser une telle configuration avec un firewall en production.

Le fichier de configuration d'exemple pour le firewall à trois interfaces suppose que votre interface externe est eth0, que l'interface locale est eth1 et que la DMZ est sur l'interface eth2. Si votre configuration est différente, vous devrez modifier le fichier /etc/shorewall/interfaces en conséquence. Tant que vous y êtes, vous pourriez parcourir la liste des options qui sont spécifiées pour les interfaces. Quelques astuces:

Astuce

Si votre interface vers l'extérieur est ppp0 ou ippp0, vous pouvez remplacer le « detect » dans la seconde colonne par un « - » (sans guillemets).

Astuce

Si votre interface vers l'extérieur est ppp0 or ippp0 ou si vous avez une adresse IP statique, vous pouvez enlever « dhcp » dans la liste des options .

Adresses IP

Avant d'aller plus loin, nous devons dire quelques mots au sujet des adresses IP. Normalement, votre Fournisseur d' Accès Internet (FAI) ne vous allouera qu'une seule adresse IP. Cette adresse peut vous être allouée par DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), lors de l'établissement de votre connexion (modem standard) ou bien lorsque vous établissez un autre type de connexion PPP (PPPoA, PPPoE, etc.). Dans certains cas , votre fournisseur peut vous allouer une adresse statique IP. Dans ce cas vous devez configurer l'interface externe de votre firewall afin d'utiliser cette adresse de manière permanente.

Quelle que soit la façon dont votre adresse externe vous est attribuée, elle va être partagée par tous vos systèmes lors de l'accès à internet. Vous devrez assigner vos propres adresses au machines de votre réseau local (votre interface interne sur le firewall ainsi que les autres ordinateurs). La RFC 1918 réserve des plages d'adresses IP pour l'utilisation dans les réseau privés:

10.0.0.0    - 10.255.255.255
172.16.0.0  - 172.31.255.255
192.168.0.0 - 192.168.255.255

Avant de lancer Shorewall, il faut regarder l'adresse IP de votre interface externe, et, si elle est dans l'une des plages précédentes, vous devez enlever l'option "norfc1918" dans la ligne concernant l'interface externe dans le fichier /etc/shorewall/interfaces.

Vous devrez allouer vos adresses depuis le même sous-réseau (subnet). Pour ce faire, nous pouvons considérer un sous-réseau comme étant une plage d'adresses allant de x.y.z.0 à x.y.z.255. Un tel sous-réseau aura un masque (subnet mask) de 255.255.255.0. L'adresse x.y.z.0 est réservée comme l'adresse de sous-réseau (Subnet Address) et l'adresse x.y.z.255 est réservée en tant qu'adresse de diffusion (broadcast). Dans Shorewall, un tel sous-réseau est décrit en utilisant la notation CIDR (Classless InterDomain Routing) qui consiste en l'adresse du sous-réseau suivie par /24. Le « 24 » indiquant le nombre consécutif de bits à « 1 » dans la partie gauche du masque de sous-réseau.

Tableau 1. Un exemple de sous-réseau (sub-network) :

Etendue:10.10.10.0 - 10.10.10.255
Adresse de sous-réseau:10.10.10.0
Adresse de diffusion:10.10.10.255
Notation CIDR:10.10.10.0/24

La convention veut que l'on affecte à l'interface interne du firewall la première adresse utilisable du sous-réseau (10.10.10.1 dans l'exemple précédent) ou bien la dernière adresse utilisable (10.10.10.254).

L'un des objectifs de la gestion en sous-réseaux est de permettre à tous les ordinateurs du sous-réseau de savoir avec quels autres ordinateurs ils peuvent communiquer directement. Pour communiquer avec des systèmes en dehors du sous-réseau auquel ils appartiennent, les ordinateurs doivent envoyer leurs paquets par l'intermédiaire d'une passerelle (gateway).

Vos ordinateurs locaux (computer 1 et computer 2 dans le diagramme) doivent être configurés avec leur passerelle par défaut (default gateway) pointant sur l'adresse IP de l'interface interne du firewall. Les ordinateurs de votre DMZ (DMZ Computer 1 et DMZ computer 2) devraient être configurés avec leur passerelle par défaut (default gateway) pointant sur l'adresse IP de l'interface DMZ du firewall.

Cette brève présentation ne fait qu'effleurer la question des sous-réseaux et du routage. Si vous voulez en apprendre plus sur l'adressage IP et le routage, je recommande « IP Fundamentals: What Everyone Needs to Know about Addressing & Routing », Thomas A. Maufer, Prentice-Hall, 1999, ISBN 0-13-975483-0 (lien).

Le reste de ce guide suppose que vous avez configuré votre réseau comme montré ci-dessous :

Figure 3. DMZ

DMZ

La passerelle par défaut pour la DMZ sera 10.10.11.254 et la passerelle par défaut pour les ordinateurs locaux sera 10.10.10.254.

Avertissement

Votre FAI pourrait allouer une adresse RFC 1918 à votre interface externe. Si cette adresse est le sous-réseau 10.10.10.0/24 alors vous aurez besoin d'un sous-réseau RFC 1918 DIFFÉRENT pour votre réseau local.


IP Masquerading (SNAT)

Les adresses réservées par la RFC 1918 sont parfois désignées comme non-routables car les routeurs centraux d'internet (backbone) ne font pas suivre les paquets qui ont une adresse de destination appartenant à la RFC-1918. Lorsqu'un de vos systèmes en local (supposons Computer 1) envoie une demande de connexion à un serveur internet, le firewall doit effectuer une traduction d'adresse réseau ou Network Address Translation (NAT). Le firewall réécrit l'adresse source dans le paquet et la remplace par l'adresse de l'interface externe du firewall; en d'autres termes, le firewall fait croire que c'est lui même qui initie la connexion. Ceci est nécessaire afin que l'hôte de destination soit capable de renvoyer les paquets au firewall (souvenez vous que les paquets qui ont pour adresse de destination une adresse réservée par la RFC 1918 ne peuvent pas être routés à travers internet, donc l'hôte internet ne peut adresser sa réponse à l'ordinateur 1). Lorsque le firewall reçoit le paquet de réponse, il réécrit l'adresse de destination à 10.10.10.1 et fait passer le paquet vers l'ordinateur Computer 1.

Sur les systèmes Linux, ce procédé est souvent appelé IP Masquerading mais vous verrez aussi le terme de traduction d'adresses source ou Source Network Address Translation (SNAT). Shorewall suit la convention utilisée avec Netfilter:

  • Masquerade désigne le cas ou vous laissez votre firewall détecter automatiquement l'adresse de votre interface externe.

  • SNAT désigne le cas où vous spécifiez explicitement l'adresse source des paquets sortant de votre réseau local.

Sous Shorewall, autant le Masquerading que la SNAT sont configurés avec des entrées dans le fichier /etc/shorewall/masq. Vous utiliserez normalement le Masquerading si votre adresse IP externe est dynamique, et la SNAT si votre adresse IP externe est statique.

Si votre interface externe est eth0, si votre interface locale est eth1 et que votre interface pour la DMZ est eth2, vous n'avez pas besoin de modifier le fichier fourni avec l'exemple. Dans le cas contraire, éditez /etc/shorewall/masq et changez-le en conséquence.

Si, malgré les avertissements, vous utilisez ce guide et que vous voulez faire du NAT un-à-un (one-to-one NAT) ou du Proxy ARP pour votre DMZ, enlevez l'entrée pour eth2 de /etc/shorewall/masq.

Si votre adresse externe IP est statique, vous pouvez la mettre dans la troisième colonne dans /etc/shorewall/masq si vous le désirez. De toutes façons votre firewall fonctionnera bien si vous laissez cette colonne vide. Le fait de mettre votre adresse IP statique dans la troisième colonne permet un traitement des paquets sortants un peu plus efficace.

Si vous utilisez un paquetage Debian, vérifiez dans votre fichier de configuration shorewall.conf que la valeur suivante est convenablement paramétrée, sinon faites les changements nécessaires:

  • IP_FORWARDING=On

Transfert de ports (DNAT)

Un de nos objectifs est de faire tourner un ou plusieurs serveurs sur nos ordinateurs dans la DMZ. Puisque ces ordinateurs ont une adresse RFC-1918, il n'est pas possible pour les clients sur internet de s'y connecter directement. Il faudra plutôt à que ces clients adressent leurs demandes de connexion au firewall qui réécrira l'adresse de votre serveur comme adresse de destination, puis lui fera passer le paquet. Lorsque votre serveur retournera sa réponse, le firewall appliquera automatiquement une règle SNAT pour réécrire l'adresse source dans la réponse.

Ce procédé est appelé transfert de port (Port Forwarding) ou traduction d'adresses réseau destination ou Destination Network Address Translation (DNAT). Vous configurez le transfert de port en utilisant des règles DNAT dans le fichier /etc/shorewall/rules.

La forme générale d'une simple règle de transfert de port dans /etc/shorewall/rules est:

#ACTION   SOURCE    DEST                                          PROTO      DEST PORT(S)
DNAT      net       dmz:<server local IP address>[:<server port>] <protocol> <port>

Si vous ne spécifiez pas <server port>, il est supposé être le même que <port>.

Important

Assurez-vous d'ajouter vos règles après la ligne contenant SECTION NEW.

Exemple 1. Vous faites tourner un serveur Web sur l'ordinateur Computer 2 de votre DMZ et vous voulez faire suivre à ce système les paquets entrant en TCP sur le port 80

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)
Web/DNAT     net    dmz:10.10.11.2  
Web/ACCEPT   loc    dmz:10.10.11.2
  • L'entrée 1 fait suivre le port 80 depuis internet vers la DMZ.

  • L'entrée 2 autorise les connexions depuis le réseau local.

Plusieurs points importants sont à garder en mémoire :

  • Lorsque vous vous connectez à votre serveur à partir de votre réseau local, vous devez utiliser l'adresse IP interne du serveur (10.10.11.2).

  • Quelques Fournisseurs d'Accès Internet (FAI) bloquent les requêtes de connexion entrantes sur le port 80. Si vous avez des problèmes pour vous connecter à votre serveur web, essayez la règle suivante et connectez vous sur le port 5000 (c.a.d., connectez vous à http://w.x.y.z:5000 ou w.x.y.z est votre IP externe).

    #ACTION   SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)    SOURCE
    #                                                                  PORT(S)
    DNAT      net       dmz:10.10.11.2:80   tcp        80              5000
  • Si vous voulez avoir la possibilité de vous connecter à votre serveur depuis le réseau local en utilisant votre adresse externe, et si vous avez une adresse IP externe statique (fixe), vous pouvez remplacer la règle loc->dmz précédente par :

    #ACTION   SOURCE    DEST            PROTO  DEST PORT(S)  SOURCE   ORIGINAL
    #                                                        PORT(S)  DEST
    DNAT      loc       dmz:10.10.11.2  tcp    80            -        <external IP>

    Si vous avez une IP dynamique, vous devez vous assurer que votre interface externe est en route avant de lancer Shorewall et vous devez suivre les étapes suivantes (en supposant que votre interface externe est eth0):

    1. Insérez ce qui suit dans /etc/shorewall/params:

      ETH0_IP=$(find_interface_address eth0)

    2. Votre règle loc->dmz deviendra:

      #ACTION   SOURCE    DEST             PROTO   DEST PORT(S)  SOURCE   ORIGINAL
      #                                                          PORT(S)  DEST
      DNAT      loc       dmz:10.10.11.2   tcp     80            -        $ETH0_IP
  • Si vous voulez accéder à votre serveur depuis la DMZ en utilisant votre adresse IP externe, regardez la FAQ 2a.


Maintenant, modifiez /etc/shorewall/rules pour ajouter les règles DNAT dont vous avez besoin.

Important

Quand vous testez des règles DNAT telles que celles présentées plus haut, vous devez les tester depuis un client A L'EXTÉRIEUR DE VOTRE FIREWALL (depuis la zone « net »). Vous ne pouvez pas tester ces règles de l'intérieur !

Pour des astuces en cas de problème avec la DNAT, allez lire les FAQ 1a et 1b.

Service de Noms de Domaines (DNS)

Normalement, quand vous vous connectez à votre fournisseur d'accès (FAI), en même temps que vous obtenez votre adresse IP, votre « resolver » pour le Service des Noms de Domaines ou Domain Name Service (DNS) pour le firewall est configuré automatiquement (c.a.d., le fichier /etc/resolv.conf est mis à jour). Il arrive que votre fournisseur d'accès vous donne une paire d'adresse IP pour les serveurs DNS afin que vous configuriez manuellement vos serveurs de noms primaire et secondaire. Quelle que soit la manière dont le DNS est configuré sur votre firewall, il est de votre responsabilité de configurer le « resolver » sur chacun de vos systèmes internes. Vous pouvez procéder d'une de ces deux façons :

  • Vous pouvez configurer votre système interne pour utiliser les serveurs de noms de votre fournisseur d'accès. Si votre fournisseur vous donne les adresses de ses serveurs ou si ces adresses sont disponibles sur son site web, vous pouvez les utiliser pour configurer vos systèmes internes. Si cette information n' est pas disponible, regardez dans /etc/resolv.conf sur votre firewall -- les noms des serveurs sont donnés dans l'enregistrement "nameserver" de ce fichier.

  • Vous pouvez configurer un cache DNS (Caching Name Server) sur votre firewall. Red Hat™ fournit un RPM pour serveur cache DNS (ce RPM à aussi besoin aussi du paquetage RPM bind) et pour les utilisateurs de Bering, il y a le paquetage dnscache.lrp. Si vous adoptez cette approche, vous configurez vos systèmes internes pour utiliser le firewall lui même comme étant le seul serveur de noms primaire. Vous utilisez l'adresse IP interne du firewall (10.10.10.254 dans l'exemple précédent) pour adresse du serveur de nom. Pour permettre à vos systèmes locaux d'accéder à votre serveur cache DNS, vous devez ouvrir le port 53 (à la fois UDP and TCP) depuis le réseau local vers le firewall; vous ferez ceci en ajoutant les règles suivantes dans /etc/shorewall/rules.

Si vous faites tourner le serveur de noms sur le firewall:

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
DNS/ACCEPT  loc       $FW
DNS/ACCEPT  dmz       $FW            

Si vous faites tourner le serveur de noms sur l'ordinateur 1 de la DMZ:

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
DNS/ACCEPT  loc       dmz:10.10.11.1
DNS/ACCEPT  $FW       dmz:10.10.11.1             

Dans la régle ci-dessus, « DNS/ACCEPT » est un exemple d'utilisation d'une macro prédéfinie. Shorewall comprend un certain nombre de macros prédéfinies et vous pouvez ajouter les vôtres. Vous pouvez trouver une liste des macros comprises dans votre version de Shorewall en utilisant la commande ls /usr/share/shorewall/macro.* ou bien la commande shorewall show macros si vous utilisez une version 3.0.3 ou ultérieure de Shorewall.

Vous n'êtes pas obligé d'utiliser des macros prédéfinies et vous pouvez codez vos régles vous-même dans le fichier /etc/shorewall/rules. Le premier exemple vu plus haut (serveur de noms sur le firewall) aurait pu être codé comme suit:

#ACTION   SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
ACCEPT    loc       $FW                 tcp        53
ACCEPT    loc       $FW                 udp        53
ACCEPT    dmz       $FW                 tcp        53
ACCEPT    dmz       $FW                 udp        53              

Au cas ou Shorewall n'inclue pas de macro pré-définie qui vous convienne, vous pouvez définir une macro vous-même ou bien coder directement les régles appropriées. Si vous ne savez pas quel port(s) et protocole(s) une application particulière utilise, vous pouvez regarder ici.

Autres Connexions

Les fichiers exemples inclus dans l'archive (three-interface) contiennent la règle suivante :

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
DNS/ACCEPT  $FW       net       

Cette règle autorise l'accès DNS à partir de votre firewall. Elle peut être enlevée si vous avez dé-commenté la ligne dans /etc/shorewall/policy autorisant toutes les connexions depuis le firewall vers internet.

L'exemple inclue aussi:

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
SSH/ACCEPT  loc       $FW
SSH/ACCEPT  loc       dmz        

Ces régles autorisent un serveur SSH sur votre firewall et sur chacun des systèmes de votre DMZ et permettent de s'y connecter depuis vos systèmes locaux (zone « loc »).

Si vous désirez autoriser d'autres connexions entre vos systèmes, la syntaxe générale d'une macro pré-définie est:

#ACTION         SOURCE        DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
<macro>/ACCEPT  <source zone> <destination zone>

La syntaxe générale lorsqu'on n'utilise pas de macro pré-définie est:

#ACTION   SOURCE        DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
ACCEPT    <source zone> <destination zone>  <protocol> <port> 

Exemple 2. Vous voulez rendre votre serveur DNS sur le firewall accessible depuis internet

En utilisant une macro pré-définie:

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)
DNS/ACCEPT  net       $FW

En n'utilisant pas de macro pré-définie:

#ACTION   SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
ACCEPT    net       $FW                 tcp        53
ACCEPT    net       $FW                 udp        53        

Ces deux régles viennent évidemment s'ajouter à celles présentées plus haut dans « Vous pouvez configurer un cache DNS sur votre firewall ».


Si vous ne savez pas quel port(s) et protocole(s) une application particulière utilise, vous pouvez regarder ici.

Important

Je ne recommande pas d'autoriser telnet vers/de internet parce qu'il utilise du texte en clair (même pour le login !). Si vous voulez un accès shell à votre firewall, utilisez SSH :

#ACTION     SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
SSH/ACCEPT  net       $FW

Les utilisateurs de Bering pourront ajouter les deux régles suivantes pour être compatible avec la configuration du firewall de Jacques (Jacques's Shorewall configuration).

#ACTION   SOURCE    DEST                PROTO      DEST PORT(S)                      
ACCEPT    loc       $FW                 udp        53
ACCEPT    net       $FW                 tcp        80       
  • L'entrée 1 autorise l'utilisation du Cache DNS.

  • L'entrée 2 autorise le « weblet » à fonctionner.

Maintenant, éditez votre fichier de configuration /etc/shorewall/rules pour ajouter, modifier ou supprimer d'autres connexions suivant vos besoins.

Quelques Points à Garder en Mémoire

  • Vous ne pouvez pas tester votre firewall depuis l'intérieur de votre réseau. Envoyer des requêtes à l'adresse IP externe de votre firewall ne signifie pas qu'elle seront associées à votre interface externe ou à la zone « net ». Tout trafic généré par le réseau local sera associé à l'interface locale et sera traité comme du trafic du réseau local vers le firewall (loc->fw).

  • Les adresses IP sont des propriétés des systèmes, pas des interfaces. C'est une erreur de croire que votre firewall est capable de faire suivre (forward) des paquets simplement parce que vous pouvez faire un ping sur l'adresse IP de toutes les interfaces du firewall depuis le réseau local. La seule conclusion que vous puissiez tirer dans ce cas est que le lien entre le réseau local et le firewall fonctionne et que vous avez probablement la bonne adresse de passerelle par défaut sur votre système.

  • Toutes les adresses IP configurées sur le firewall sont dans la zone $FW (fw). Si 192.168.1.254 est l'adresse IP de votre interface interne, alors vous pouvez écrire « $FW:192.168.1.254 » dans une régle mais vous ne devez pas écrire « loc:192.168.1.254 ». C'est aussi une absurdité d'ajouter 192.168.1.254 à la zone loc en utilisant une entrée dans /etc/shorewall/hosts.

  • Les paquets de retour (reply) ne suivent PAS automatiquement le chemin inverse de la requête d'origine. Tous les paquets sont routés en se référant à la table de routage respective de chaque hôte à chaque étape du trajet. Ce problème se produit en général lorsque on installe un firewall Shorewall en parallèle à une passerelle existante et qu'on essaye d'utiliser des règles DNAT dans Shorewall sans changer la passerelle par défaut sur les systèmes recevant les requêtes transférées (forwarded). Les requêtes passent dans le firewall Shorewall où l'adresse de destination IP est réécrite, mais la réponse revient par l'ancienne passerelle qui, elle, ne modifiera pas le paquet.

  • Shorewall lui-même n'a aucune notion du dedans et du dehors. Ces concepts dépendent de la façon dont Shorewall est configuré.

Démarrer et Arrêter Votre Firewall

La procédure d'installation configure votre système pour lancer Shorewall dès le boot du système, mais le lancement est désactivé, de façon à ce que votre système ne tente pas de lancer Shorewall avant que la configuration ne soit terminée. Une fois que vous en avez fini avec la configuration du firewall, vous devez éditer /etc/shorewall/shorewall.conf et y mettre STARTUP_ENABLED=Yes.

Important

Les utilisateurs des paquetages .deb doivent éditer /etc/default/shorewall et mettre startup=1.

Le firewall est activé en utilisant la commande « shorewall start » et arrêté avec la commande « shorewall stop ». Lorsque le firewall est arrêté, le routage est autorisé sur les hôtes qui possèdent une entrée dans /etc/shorewall/routestopped. Un firewall qui tourne peut être relancé en utilisant la commande « shorewall restart ». Si vous voulez enlever toute trace de Shorewall sur votre configuration de Netfilter, utilisez « shorewall clear »

Les fichiers de l'exemple Firewall à Trois Interfaces (three-interface) supposent que vous voulez autoriser le routage depuis ou vers eth1 (votre réseau local) et eth2 (votre DMZ) lorsque Shorewall est arrêté. Si ces interfaces ne sont pas connectées à votre réseau local ou à votre DMZ, ou bien que vous voulez permettre l'accès depuis ou vers d'autres hôtes, modifiez /etc/shorewall/routestopped en conséquence.

Avertissement

Si vous êtes connecté à votre firewall depuis internet, n'essayez pas d'exécuter une commande « shorewall stop » tant que vous n'avez pas ajouté une entrée dans /etc/shorewall/routestopped pour l'adresse IP à partir de laquelle vous êtes connecté . De la même manière, je vous déconseille d'utiliser « shorewall restart »; il est plus intéressant de créer une configuration alternative et de la tester en utilisant la commande « shorewall try »

Si cela ne marche pas

Autres Lectures Recommandées

Je vous recommande vivement de lire la page des Fonctionnalités Générales des Fichiers de Configuration -- elle contient des astuces sur des possibilités de Shorewall qui peuvent rendre plus aisée l'administration de votre firewall Shorewall.

Documentation


Frequently Used Articles

- FAQs - IPv4 Manpages - IPv6 Manpages - Configuration File Basics - Beginner Documentation - Troubleshooting

Shorewall 4.0/4.2 Documentation


Current HOWTOs and Other Articles

- 6to4 and 6in4 Tunnels - Accounting - Actions - Aliased (virtual) Interfaces (e.g., eth0:0) - Anatomy of Shorewall - Anti-Spoofing Measures - AUDIT Target support - Bandwidth Control - Blacklisting/Whitelisting - Bridge/Firewall - Building Shorewall from GIT - Commands - Compiled Programs - Configuration File Basics - DHCP - DNAT - Dynamic Zones - ECN Disabling by host or subnet - Events - Extension Scripts - Fallback/Uninstall - FAQs - Features - Fool's Firewall - Forwarding Traffic on the Same Interface - FTP and Shorewall - Helpers/Helper Modules - Installation/Upgrade - IPP2P - IPSEC - Ipsets - IPv6 Support - ISO 3661 Country Codes - Kazaa Filtering - Kernel Configuration - KVM (Kernel-mode Virtual Machine) - Limiting Connection Rates - Linux Containers (LXC) - Linux-vserver - Logging - Macros - MAC Verification - Manpages (IPv4) (IPv6) - Manual Chains - Masquerading - Multiple Internet Connections from a Single Firewall - Multiple Zones Through One Interface - My Shorewall Configuration - Netfilter Overview - Network Mapping - No firewalling of traffic between bridge port - One-to-one NAT - Operating Shorewall - OpenVPN - OpenVZ - Packet Marking - Packet Processing in a Shorewall-based Firewall - 'Ping' Management - Port Forwarding - Port Information - Port Knocking (deprecated) - Port Knocking, Auto Blacklisting and Other Uses of the 'Recent Match' - PPTP - Proxy ARP - QuickStart Guides - Release Model - Requirements - Routing and Shorewall - Routing on One Interface - Samba - Shorewall Events - Shorewall Init - Shorewall Lite - Shorewall on a Laptop - Shorewall Perl - Shorewall Setup Guide - SMB - SNAT - Split DNS the Easy Way - Squid with Shorewall - Starting/stopping the Firewall - Static (one-to-one) NAT - Support - Tips and Hints - Traffic Shaping/QOS - Simple - Traffic Shaping/QOS - Complex - Transparent Proxy - UPnP - Upgrade Issues - Upgrading to Shorewall 4.4 (Upgrading Debian Lenny to Squeeze) - VPN - VPN Passthrough - White List Creation - Xen - Shorewall in a Bridged Xen DomU - Xen - Shorewall in Routed Xen Dom0

Top of Page